Une photo des Eperviers lors de leur regroupement à Paris (France) – 20 septembre 2022

Les Eperviers poursuivent leur regroupement à Paris en vue du premier match amical face à la Côte d’Ivoire le 24 septembre. Plusieurs absences sont à noter.

Au troisième jour de leur stage dans la capitale française, le groupe Eperviers compte 21 joueurs. Après les arrivées de Placca, Nador et Barcola mardi, c’est Ismaël Ouro-Agoro qui a rejoint le Courtyard by Marriott à Roissy ce matin. Mais il a été laissé au repos à l’hôtel et n’a pas participé à l’entrainement au Complexe Sportif de Goussainville. C’est avec ce groupe que Paulo Duarte va affronter les Eléphants de Côte d’Ivoire samedi prochain à Rouen.

Photo des Eperviers à Paris (France) – 20 septembre 2022

Le défenseur Mawouna Amevor rappelé en sélection est forfait. Le joueur du FC Eindhoven (Pays-Bas) s’est blessé lors du dernier match de son club. Tandis que Richard Nane, Farid Tchadenou, Akate Gnama et Marouf Tchakei ne peuvent pas voyager sur la France pour des soucis administratifs ; Ils rejoindront le groupe à Casablanca (Maroc) dans quelques jours pour disputer le second match amical de cette trêve internationale. Les Eperviers affronteront la Guinée équatoriale le 27 septembre. Les explications de Serge Akakpo, Manager général des Eperviers.

«Tout se passe bien jusque-là. Nous avons juste quelques difficultés liées aux délivrances de visas pour Nane, Tchadenou, Tchakei et Gnama. Ces joueurs vont nous rejoindre au Maroc. Malheureusement on se retrouve avec 21 joueurs au lieu de 26 prévus. Il y a aussi la blessure de Amevor blessé à la cheville avant le regroupement».

Paulo Duarte, sélectionneur des Eperviers lors d’une séance d’entrainement à Paris (France) – 20 septembre

L’ancien défenseur des Eperviers revient également sur l’organisation de ce regroupement particulier sur deux continents. «Au départ, on avait opté pour deux matchs dans le même pays. On devait jouer dans un premier temps la Côte d’Ivoire et le Mali en France. Malheureusement le Mali a désisté. Puis il y a eu plusieurs pays qui sont venus à nous comme le Gabon, les Comores, les Emirats arabes unis, le Vénézuela, l’Angola également. Il y a eu pas mal de discussions. Puis nous avons eu ce match contre la Guinée équatoriale qui devait se tenir à Agadir mais c’était trop loin pour nous. On a finalement trouvé un compromis pour que cela se joue à Casablanca. Il fallait satisfaire le coach qui voulait disputer deux matchs durant cette trêve pour les prochaines échéances, sachant qu’en octobre et novembre il n’y aura pas de journées FIFA. Il fallait donc mettre le paquet pour lui donner les moyens de travailler », a t-il ajouté.

Fédération Togolaise de Football

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici