Afrique
CAN 2015

Trois points, c’est tout !

Les Eperviers du Togo affrontent samedi à Kégué, le Syli national de la Guinée pour le compte de la 5e journée de la Coupe d’Afrique des Nations avec une obligation de victoire après s’être relancé dans la compétition en battant l’Ouganda en aller et retour. Mais les hommes de Tchanilé Tchakala doivent faire à des adversaires qui ont eux aussi besoin des trois points pour se relancer.

Après un début raté dans la compétition, les Eperviers se sont bien rattrapés en dominant en aller et retour les Cranes de l’Ouganda (0-1 et 1-0). Deux victoires qui leur ont fait du bien et leur ont permis de se replacer dans le groupe E avec 6 points derrière le Ghana, le grand favori du groupe qui compte 8 points. Mais pour un groupe qui doit livrer deux qualifiés comme tous les autres, l’Ouganda (4 pts) et la Guinée (4 pts) peuvent aussi revenir s’ils l’emportent lors de cette 5e journée.

« Certes, nous avons repris des couleurs avec nos deux victoires, mais le chemin de la qualification n’est pas encore totalement dégagé. Il nous faut gagner la Guinée pour espérer figurer parmi les deux qualifiés », affirme le sélectionneur Tchanilé Tchakala qui entend se servir du match aller perdu à Casablanca (2-1) pour mettre en place un schéma capable de poser de problème aux Guinéens. « A l’aller nous avons été trop naïfs et cela nous a coûtés. Mais depuis là, nous avons corrigé beaucoup de choses, ce qui nous a permis de nous relancer ».

Pour gagner face à la Guinée, Tchanilé peut compter sur son groupe qui a véritablement fait le plein. Le capitaine Emmanuel Adebayor qui voulait des « guerriers, des combattants » est, depuis peu servi avec des joueurs décidés à se qualifier pour une seconde CAN consécutivement. A cela, il faut ajouter la qualification de Matthieu Dossevi d’Olympiakos (Grèce) et d’Alban Sabah de Dresde (Allemagne). Les deux joueurs qui attendaient depuis le démarrage des éliminatoires leur qualification sont désormais aptes à jouer avec les Eperviers. « C’est une bonne nouvelle. J’ai hâte de jouer avec mon pays et d’apporter ma contribution à la qualification. Ne pas avoir réussi à le faire sur les précédents matches a été gênant pour moi. A présent que tout est rentré dans l’ordre, il ne me reste qu’à me donner à fond si le coach me fait confiance », avance Matthieu Dossevi.

Dussuyer : "On y va pour les 3 points"

Premier du groupe E à l’issue de la première journée, le Syli a vu son avance fondre au fur et à mesure que les journées s’enchaînent. Après une victoire inaugurale face au Togo 2-1, la défaite face à l’Ouganda (0-2) conjuguée avec la victoire du Ghana face au Togo (2-3) a fini par entamé le moral de la troupe de Michel Dussuyer qui, sur les deux confrontations suivantes face au Ghana n’a empoché qu’un petit point.

Mais avec encore deux rencontres à jouer face au Togo et à l’Ouganda, Michel Dussuyer estime que la qualification encore possible pour les Guinéens. "On va se battre jusqu’au bout, c’est le message que j’ai livré aux joueurs. C’est vrai qu’on n’est pas dans la meilleure des positions mais en tout cas on a encore notre destin en nos mains si on venait à gagner nos deux matchs. Dans le cas contraire, il faudra compter sur le résultat des autres." Et pour les Guinéens, le match de Lomé est d’une importance capitale pour continuer à rêver. Mais face à un Togo revanchard, la tâche ne sera pas aisée pour Soumah Seydouba et ses coéquipiers.

Depuis dimanche, les Guinéens ont élu domicile à Cotonou, histoire de se mettre dans le bain et sentir le Togo de près. « Je sais que jouer le Togo au stade mythique de Kégué n’est pas facile. La rencontre s’annonce très dure mais, une chose est certaine, nous on y va pour remporter les 3 points », assurait le technicien français.

Mais Michel Dussuyer doit compter avec quelques absences. Jusqu’hier le doute planait encore sur la présence de Kevin Constant de Trabzonspor (Turquie) et d’Abdoul Razzagui Camara de SCO Angers (France). Deux joueurs qui devraient beaucoup apporter au Syli puisqu’ils sont titulaires et en forme ces derniers temps dans leur club, selon la presse locale. En plus de ces deux absences majeures, les Guinéens qui aiment le beau jeu devront composer avec une pelouse de Kégué qui donne le tournis à tous les adversaires.