Afrique
CONGRES EXTRAORDINAIRE

Les nouveaux statuts attendront

Le Congrès Extraordinaire de la Fédération Togolaise de Football convoqué samedi à Lomé par le Comité de Normalisation, pour adopter les nouveaux statuts, s’est achevé sans que les textes prévus à l’ordre du jour ne soient adoptés.

A l’origine de l’échec de Congrès Extraordinaire, la décision du Comité de Normalisation d’opérer une réduction du nombre de Ligues et de Clubs parmi les membres directs de la Fédération afin de créer un équilibre entre les différents groupes du corps électoral sur recommandations de la FIFA.

Cette innovation qui alimente les débats depuis l’envoi des projets de Statuts aux membres, parce que devant mettre fin à l’existence de huit ligues régionales, a trouvé un écho favorable auprès du gouvernement togolais qui a pris le 4 novembre dernier en Conseil des ministres un décret « fixant les conditions d’octroi de l’agrément aux associations et fédération sportives et définissant les modalités de délégation de pouvoir aux fédérations sportives ».

Dans les conditions particulières relatives aux organes de direction, le décret fait obligation aux fédérations sportives, pour pouvoir bénéficier de la délégation de pouvoir, de calquer leurs ligues régionales sur les régions administratives du Togo et leurs districts sur les préfectures.

Un décret qui a surpris la plupart des délégués – qui pour l’essentiel n’ont appris l’existence de cette réglementation que quand M. Eloi Salokoffi, le représentant du ministre en charge des Sports en a parlé- venus au Congrès pour rejeter en bloc cette innovation et voter le maintien des 14 ligues régionales et du droit de vote de tous les clubs de deuxième et de troisième divisions.

Pris de court, les délégués ont tenté en vain de faire différer l’introduction des nouvelles dispositions dans les Statuts. « Nous ne pouvons pas aller contre ce décret du moment où il existe. Nous sommes obligé de le traduire dans les faits et ne pas se mettre en déphasage contre une réglementation nationale », a indiqué Antoine Folly, le Président du Comité de Normalisation de la FTF.

Les délégués, à l’issue d’un vote, ont demandé que les prochaines élections de la FTF se fassent sur la base des anciens statuts et que le nouveau Comité Exécutif travaille sur les nouvelles réformes. « Cette décision va à l’encontre de la feuille de route assignée au Comité de Normalisation par la FIFA qui est de +réviser les statuts et d’organiser les élections + », a tout de même fait observer, Primo Corvaro, l’envoyé de la FIFA au congrès.

Reste à la FIFA de réagir à la suite de cet échec du vote des Statuts qui est l’une des missions essentielles confiées au Comité de Normalisation en décembre 2014.