Afrique
Match amical Maurice v Togo

Les Eperviers tenus en échec 1-1

Jouant dans un système inédit de 3-2-4-1, le Togo a du s’employer pour tenir en échec une valeureuse équipe de l’île Maurice, samedi, au stade Anjalay Belle- Vue sur une égalisation de Jonathan Ayité à la 82e (1-1).

Absents de la Coupe d’Afrique des Nations, Guinée Equatoriale 2015, les Eperviers veulent mettre toutes les chances de leurs côtés dans l’optique des éliminatoires de la CAN 2017 et de la Coupe du monde de la FIFA 2018 qui démarrent dans les mois à venir.

A priori, le match contre le 190e au classement FIFA ne devrait être pas un souci majeur pour le belge Tom Saintfiet qui a accepté de faire la pige en attendant le recrutement du nouveau sélectionneur et les coéquipiers du capitaine Serge Akakpo, mais les Eperviers vont se rendre l’évidence que le Club M étaient plus coriaces qu’ils ne le pensaient.

Le système mis en place par le coach Tom Saintfiet ne fonctionnant pas, les Mauriciens profitent pour inscrire rapidement le premier but de la partie. Un superbe coup franc désaxé de Yannick Dig-Dig et Andy Sophie (déjà buteur contre le Burundi) envoya Nouridine Yakoubou dans les pâquerettes d’une splendide reprise de volée du droit (1-0) à la 17e.

Travaillant cet avantage psychologique, le Club M passait à deux doigts du break parfait deux minutes après lorsque Jonathan Justin se retrouva seul devant Yakoubou. Mais, au grand dam des siens, il perdait son face-à-face.

Visiblement désemparés, les Eperviers allaient peu à peu retrouver leur équilibre. Mais, ils ne devaient véritablement sonner la révolte qu’après la pause, en élisant carrément domicile dans le camp quadricolore.

Cependant, l’arrière-garde de Maurice, impulsée par le duo Jonathan Bru-Bruno Ravina, pliait comme le roseau dans la fable de La Fontaine, mais résista longtemps et donnait l’impression de pouvoir tenir l’exploit jusqu’au bout avant que Jonathan Ayité ne mette tout le stade dans un silence de cathédrale.

En effet, au prix d’une somptueuse arabesque, l’attaquant d’Alanyaspor de Turquie efface pas moins de trois défenseurs adverses, avant de crucifier sans rémission Kevin Jean-Louis (1-1, 82e). Et si dans les minutes qui suivent l’arbitre mauricien de la partie refusa de donner un penalty bien justifié aux Eperviers, le public, de son côté, l’implorait à mettre fin à la partie. Tant les quadricolores étaient sur les rotules.

« J’ai un peu mis mon équipe en difficulté en essayant un système que les joueurs n’ont jamais expérimenté. Je crois que les matches amicaux sont faits pour cela. Mais en deuxième mi-temps, les changements apportés ont permis aux joueurs de dominer la rencontre. Le match nul est plus un résultat ne me paraît pas juste mais Jonathan, Gakpé, Dové ou encore Segbefia auraient pu faire la différence », a déclaré le coach intérimaire Tom Saintfiet la fin de la rencontre.

Quant à Didier Six, il peut se féliciter du comportement de ses joueurs qui ont tenu devant les Eperviers alors que mercredi dernier, au stade George V, face au Burundi, ils évitaient le pire en arrachant avec le cœur un nul de deux buts partout. Et ce, au terme d’un duel dominé de la tête et des épaules par les Burundais.