Foot actu
Fraudes sur l’âge des joueurs

La CAF durcit le ton

Réuni les 29 et 30 avril 2014 au siège de la CAF au Caire sous la conduite du président de la CAF, Issa Hayatou, le Comité Exécutif de la Confédération Africaine de football a décidé de punir sévèrement les clubs et les fédérations qui fraudent sur l’âge des joueurs afin de les aligner sur les compétitions continentales.

Et c’est la Gambie qui fait les frais de cette décision. Elle vient d’être suspendue pour deux ans de toutes les compétitions de la CAF en application du règlement du championnat d’Afrique U-20, notamment de son article 37, paragraphe 1er qui stipule que : « pour toute intention délibérée de tromper ou de tricher par toute manière de falsifier des documents officiels, la fédération coupable sera suspendue pour deux ans de toutes les compétitions de la CAF ».

Le 20 avril 2014, la Commission d’organisation du championnat d’Afrique U-20 avait déjà décidé de la disqualification de la Gambie pour avoir aligné 5 joueurs ne remplissant pas les critères d’âge au cours de la rencontre des éliminatoires Libéria - Gambie du 6 avril 2014. Tous ces cinq joueurs étaient nés en 1994 alors que la compétition est ouverte, conformément à la circulaire CAF du 2 septembre 2013, aux joueurs nés le 1er janvier 1995 et après.

Par la suite la CAF a ouvert une enquête sur le cas du joueur Ali Sowe, né le 14 juin 1994, passeport n° 332465 et qui figurait parmi les cinq joueurs ayant conduit à la suspension de la Gambie. En effet, il avait déjà été enregistré à la CAF en 2012 avec le club Gamtel FC en Coupe de la Confédération Orange avec le même numéro de passeport avec pour date de naissance le 14 octobre 1988.

Le président de la CAF, Issa Haytou a réitéré la tolérance zéro qui doit prévaloir dans ces cas de fraude et exhorté ses pairs du Comité exécutif à continuer à faire une application très stricte des règlements dans ces cas-là afin de débarrasser définitivement le football africain de pratiques violant l’éthique et la morale.

La CAF tenu également à rappeler le caractère immédiat de l’application de l’amendement adopté en janvier dans les règlements de toutes les compétitions de la CAF. A savoir que le piratage d’image d’une compétition de la CAF par une télévision d’un pays dont le club ou une sélection nationale est engagé dans cette compétition entraînera l’élimination immédiate du club ou de la sélection de ladite compétition et une suspension pour l’édition suivante.