Foot actu
Licence Club CAF

Désormais une obligation à partir de novembre 2015

A partir de la saison 2015 des compétitions interclubs de la CAF, toutes les associations membres de la CAF doivent se conformer avec le système de licence de club de la CAF. C’est ce qu’a indiqué mercredi, Ahmed Harraz, Directeur de Licence club de la CAF au cours d’un séminaire organisé les 22 et 23 avril dernier par la FIFA en collaboration avec la CAF au Caire.

« Les clubs doivent remplir les critères minimaux fixés par leur propre association, les critères minimaux remplis conformément au Règlement sur la licence de Club de la CAF afin de recevoir le feu vert pour participer aux compétitions interclubs de la CAF », a-t-il déclaré.

Enclenché depuis 2012, le système d’octroi de licence aux Clubs de la CAF n’est toujours pas totalement appliqué dans toutes les associations membres, obligeant l’instance chargée du football en Afrique à organiser un séminaire pour mettre les choses aux clairs.

« Nous avons organisé ce séminaire pour permettre à chacun de prendre conscience de l’importance que revêt la licence de club et des bénéfices que ce projet peut apporter au football de club. Ce système pourrait devenir un outil essentiel pour le développement du football national sur le continent africain », a soutenu James Johnson, responsable des associations membres de la FIFA.

Sur la cinquantaine d’associations membres, 39 ont confirmé avoir introduit les clauses du système des licences aux clubs dans leurs statuts, 36 ont envoyé leurs règlements nationaux du système d’octroi des licences aux clubs à la CAF, 35 ont confirmé avoir établi des instances décisionnaires, 30 ont organisé un séminaire impliquant au moins tous les clubs de la première division et, enfin, 20 ont nommé un responsable au sein de leur administration qui est en charge de la mise en œuvre du système d’octroi des licences aux clubs.

La procédure pour l’octroi de Licences aux clubs vise à promouvoir et à améliorer la qualité et le niveau de tous les aspects du football en Afrique, veiller à ce que les clubs disposent de l’infrastructure, la connaissance et l’application appropriée en matière de gestion et d’organisation, adapter et améliorer les infrastructures des clubs, améliorer la capacité économique et financière des clubs par la gouvernance d’entreprise et de contrôle. Il vise aussi à assurer et garantir la continuité des compétitions internationales de clubs durant la saison et permettre le développement parallèle et la comparaison entre les clubs en assurant le respect nécessaire en termes de l’infrastructure financière, sportive, juridique et des critères administratifs.

Concrètement, les associations membres de la CAF doivent établir un Règlement national sur la procédure pour l’octroi de Licence aux clubs qui identifie les parties concernées (Bailleur de Licence, candidat à la Licence, instances décisionnaires), détaille les éléments essentiels de la procédure d’octroi de Licence aux clubs souhaitant participer au championnat national ainsi qu’aux compétitions CAF, fixe les critères de participation des clubs au championnat national et aux compétitions CAF et établit les sanctions prévues pour lesdits clubs en cas d’infraction et/ou de non- respect des critères de participation au championnat professionnel.

« Une fois que les associations commencent la mise en œuvre du projet, la CAF conduira et aidera à financer un séminaire de licences clubs dans chaque fédération afin d’assurer une meilleure explication du système aux clubs et toutes les parties prenantes », rassure Ahmed Harraz

Le délai fixé par la CAF pour recevoir les licences accordées par les fédérations aux clubs afin de participer aux compétitions interclubs de la CAF est le 30 novembre de chaque année. Le reste des délais sont fixés par les fédérations. « Il est donc nécessaire que les fédérations s’assurent que les documents sont reçus, organisés, examinés et les décisions finales de leurs deux organes décisionnaires sont faites deux mois avant le début des compétitions interclubs de la CAF », a ajouté Ahmed Harraz.