Eperviers seniors
Interview

Daré et son franc-parler

Le défenseur international togolais a finalement trouvé "chaussures à ses pieds" au Royal Boussu Dour Borinage (D2 belge), réalisant ainsi son désir de rester près de sa famille mais également ses envies de renouer avec un championnat. Dans cet entretien que nous lui avons accordé, il revient sur les échéances qui attendent les Eperviers dans les mois à venir et la nomination de Didier Six.

Daré, l’année 2012 est plein de rendez –vous pour la sélection nationale togolaise. Les éliminatoires de la Coupe du monde et celles de la CAN 2013. Comment faut-il les aborder ?

Ce serait deux compétitions qu’on doit aborder simultanément, l’une à courte terme (2matchs aller-retour face au Kenya) avant de penser à l’étape suivante une fois l’étape du Kenya franchie et, l’autre à longue durée pour la Coupe du monde 2014 au Brésil dont les adversaires sont aussi connus.

On doit les aborder avec la même détermination, la même envie et la même volonté car il va falloir sacrifier nos vacances aux dépens de ses matchs pour satisfaire aux exigences de défendre le drapeau national.

En juin, les Éperviers jouent la Libye, la R.D.Congo et le Kenya. Trois matches en l’espace de quinze jours. Auriez-vous l’énergie nécessaire pour les aborder surtout quand on sait que beaucoup de joueurs togolais expatriés auront plus la tête aux vacances ?

Il faut savoir ce qu’on veut, les vacances ne doivent servir d’excuses pour ne pas aborder ces matchs avec le plus de sérieux possible. On trouvera des créneaux pour souffler tout en restant dans une certaine logique bien déterminée par nos encadreurs. Chacun doit afficher une disponibilité sans faille une fois convoqué.

L’avantage c’est que tous les joueurs sont prêts en ce moment de l’année parce qu’ils viennent de finir le championnat, mais il va falloir gérer leur état de fraîcheur, c’est pourquoi la concentration doit être de mise.

La Coupe du monde 2014 au Brésil se jouera aussi pendant les vacances, alors ?

“Six portera sa propre croix si les débats tournent dans l’autre sens”

Didier Six vient d’être nommé sélectionneur des Eperviers. Selon vous quels doivent être ses premiers chantiers ?

Ce n’est plus un secret pour personne, les Eperviers doivent être présents à la CAN2013 et à la CM2014, ces objectifs, le nouveau sélectionneur les connaît aussi et j’espère qu’on lui donnera les moyens nécessaires pour y arriver.

Comme pour tout sélectionneur, il s’appuiera sur l’ossature déjà présente, mais apportera aussi sa propre touche. Il doit vite s’adapter à nos réalités et prendre conscience des difficultés surplace afin de faire mieux que Thierry Froger, Henry Stambouli et Hubert Velud, sans oublier les caprices de nos responsables politico sportifs.

Il doit ouvrir grandement les oreilles pour écouter les conseilles qu’on lui procurera et coordonner ses plans avec la presse sportive pour faire passer son message au public sportif, très exigeant, qui est resté sur sa soif depuis 2006.

Il portera sa propre croix si les débats tournent dans l’autre sens. Alors il ne nous reste qu’à lui souhaiter bonne chance.

“J’ai finalement trouvé chaussures à mes pieds”


Sur un plan personnel, avez-vous finalement signé à Royal Boussu. Pourquoi ce club ?

Oui, j’ai finalement trouvé chaussures à mes pieds. J’ai signé au Royal Boussu pour deux raisons simples : la proximité du club car ça faisait un moment que je cherchais à me rapprocher de la famille (ndlr : Royal Boussu est à 15km de Mons où il réside). Depuis le mois de septembre, j’entretenais ma condition physique dans ce club et le coach et tout son staff voulaient que je reste pour mettre mon expérience au service du groupe.

Quel est alors ton objectif ?
Mon objectif premier c’est de se remettre en route, retrouver la compétition chaque week-end, et se relancer si je peux encore me le permettre. Donner le maximum pour permettre au Royal Boussu de se maintenir en D2 belge.