Actualités
Coupe du monde 2014

Daré, en homme averti

Le défenseur central de la sélection togolaise actuellement à la recherche d’un club, après son passage dans le club allemand de DSC Armenia Bielefeld, livre à vivetogofootball.com ses analyses du résultat du tirage au sort des éliminatoires de la Coupe du Monde 2014, Zone Afrique, qui a eu lieu, samedi 30 juillet, à Rio de Janeiro au Brésil.

Toujours avec la lucidité qui le caractérise, Nibombé Daré croit aux chances du Togo de sortir du guêpier bissau-guinéen pour jouer aux côtés du Cameroun, de la Libye et du Swaziland ou de la République Démocratique du Congo. Mais à la condition que « chacun à son niveau de responsabilité fasse le travail ».

Empêtré dans le classement FIFA (123e en juillet 2011), le Togo doit passer l’étape des préliminaires en rencontrant en aller et retour les 11 et 15 novembre prochain la Guinée Bissau. Et même si le groupe des Eperviers a considérablement évolué ces derniers temps, l’ancien défenseur de Mons positive :« A l’exception d’une surprise toujours possible, la "logique" devrait normalement s’imposer, ce qui signifie que nous pouvons nous qualifier pour le 2e tour ».

Mais Daré n’oublie pas non plus les déboires que connaissent les Eperviers depuis quelques années, incapables de gagner à l’extérieur, et multipliant les matches nuls et les défaites à domicile. « Ça fait un moment que les Éperviers n’arrivent plus à voler haut et voyagent très mal. Faut-il rappeler qu’à part le nul blanc ramené du Maroc pour le compte de la CAN 2010, et du match nul (2-2) contre le Tchad lors des éliminatoires en cours de la CAN 2012, le Togo n’a ramené que des défaites de ses déplacements. On doit donc faire attention et tirer les leçons de nos mésaventures comme celles de Mbabane, Gaborone, car l’adversaire de la confrontation du 11 novembre prochain est du même calibre que ces sélections-là », avertit-il.

Si le Togo arrive à passer le cap de la Guinée Bissau, il sera logé dans le groupe 9 aux côtés du Cameroun, de la Libye et du Swaziland ou de la République Démocratique du Congo pour le second tour. Une perspective qui ne décourage guère le longiligne défenseur. « Les Lions ne font plus peur et ils sont manifestement confrontés à des problèmes. La tension entre les joueurs, les crises à répétition entre la fédération et le ministère de tutelle sont des facteurs qui fragilisent le groupe en ce moment », assure-t-il.