Foot actu
FOOTBALL/CONGRES EXTRAORDINAIRE

Antoine Folly : « Nous continuons de travailler pour accomplir notre mission »

Antoine Folly, le président du Comité de Normalisation de la FTF (Fédération togolaise de football) a indiqué, mercredi, que les nouveaux textes qui seront votés le 24 octobre 2015, doivent permettre au football togolais de se relancer le football togolais dans son ensemble.

« Cela fait bientôt 11 mois que nous sommes en place et nous avons essayé de réaliser la tâche à nous confiée. C’est très compliqué en raison de l’état actuel de notre football. Il fallait d’abord discuter avec les acteurs et trouver des solutions qui ont entrainé les difficultés des précédents bureaux. Malheureusement, les acteurs ont été réticents à nos appels par moment, mais nous continuons de travailler pour accomplir notre mission », a déclaré Antoine Folly au cours d’une conférence de presse au siège de la Fédération.

Au cours du Congrès du 24 octobre, les participants adopteront les Statuts, le Code électoral, le Règlement du Congrès et le Code éthique. « Nous avons introduit quelques réformes pour amorcer un nouvel élan de notre football. Notamment l’alignement des ligues régions sur les régions administratives du Togo, la démarcation entre le football amateur et celui d’élite (d’où la création d’une Ligue de football d’Élite qui va plus tard laisser sa place à la Ligue professionnelle), l’intégration du football féminin ou encore la restructuration du Comité exécutif de la fédération et la mise en place d’un Tribunal arbitral national. Nous avons proposé ces textes, que nous espérons vont relancer le football dans notre pays, mais il revient au congrès de les adopter ou non », a-t-il concédé. Mais le président n’a pas perdu de vue que les textes ne produisent pas les joueurs mais créent des conditions pour le développement du football.

Antoine Folly a également profité de l’occasion pour répondre aux questions concernant la lettre ouverte adressée par le capitaine des Eperviers, Serge Akakpo à l’ensemble des acteurs du football.

Pour lui, « les problèmes évoqués sont bien réels mais ils n’ont pas été crées par le Comité de Normalisation », avant d’ajouter : « nous sommes venus retrouver les problèmes. Nous essayons de les régler avec la collaboration de l’État. Puis que la gestion de l’Équipe nationale ne relève pas seulement de la Fédération ».

La gestion des équipements des Éperviers en est un exemple de la mauvaise gestion qui avait cours à la Fédération. « Nous convenons que nous n’avons plus de contrat proprement dit avec Puma depuis un an, car la société a décidé de ne plus accompagner le Togo à cause de la mauvaise gestion du précédent partenariat. Puma a indiqué avoir envoyé à l’ancien Bureau Exécutif près de 1.800.000 euros d’équipements qui pouvait encore couvrir 3 saisons. Mais à notre arrivée, on n’a jamais rien vu. Les joueurs ont le droit de se plaindre. Actuellement nous avons des discussions commerciales avec Puma pour pouvoir avoir des équipements pour les prochains mois mais dans le même temps, nous discutons avec un autre équipementier pour mettre fin à ce problème », a-t-il dit.