D1
Drame de Gléi

Amavi Patatu : "Que sport ne rime plus avec mort"

Jeudi, les 6 personnes tuées dans l’accident du bus de l’Etoile Filante à Gléi le 26 novembre 2011 ont été inhumées au cimetière. C’est une foule des grands jours qui s’est déplacé au stade Oscar Anthony pour rendre un dernier hommage à Charlie Balogou (69 ans, ancien gardien de l’Etoile Filante), Christophe Dagbovie(64 ans, secrétaire général), Isidore Kouma (46 ans, entraîneur Adjoint) , Azianou Kodjo (40 ans, aide Kiné), Jean Londa Tchapo (32 ans, cuisinier) et Yolande Adabra (29 ans, camerawoman).

Parmi les 4 oraisons qui ont été lues, voici celle la Fédération Togolaise de Football présentée par son porte-parole Amavi Patatu Ayayi.

ORAISON FUNEBRE DE LA FTF POUR LES DISPARUS DE GLEI.


Le ciel est-il toujours bleu, vu de là-haut où tu te trouves désormais, Christophe ? Et ton sourire, l’as-tu gardé malgré cette voie de souffrance atroce par laquelle tu as regagné ta maison du ciel ?

Faire l’oraison d’un ami, c’est déjà pas chose aisée. En faire pour six, six collègues, six amis, six frères avec qui on a travaillé et rêvé ensemble depuis des années, Mesdames et messieurs, vous comprenez notre peine.

A la Fédération Togolaise de Football, nous sommes atteints jusque dans les structures profondes de notre organisation. Et nous en sommes consternés. Chers frères et sœurs, ici unis dans la douleur autour de nos illustres disparus, l’impuissance, la colère et la tristesse nous consument, nos cœurs saignent, nos yeux se voilent de larmes. Et nous nous écrions : Pourquoi ? Pourquoi toujours nous ? Et pourquoi toujours comme cela ?

Dans les Lamentations, Jérémie, en s’adressant au Seigneur, fait échos à notre détresse : « Pourquoi nous oublierais-tu sans fin, nous abandonnerais-tu pour toute la vie ? Nous rejetterais-tu tout à fait ? Nous en voudrais-tu à ce point ? » C’est alors que la consolation nous vient du psaume : « Dieu a établi pour chaque événement le moment qui convient. » Nous pourrions même affirmer que Dieu a établi pour chaque chose la forme qui convient, pour chaque homme le chemin qui convient pour lui revenir.

C’est pour cette raison que, Mesdames et Messieurs, aussi grande que puisse être notre souffrance, nous ne devrions jamais perdre de vue que tout ce qui nous arrive ici bas, de bien ou de mal, est écrit là-haut.
Séchons donc nos larmes et prions pour que, tout à l’heure, en rentrant sous terre, nos parents, amis et collègues retrouvent immédiatement la place qui est la leur dans le ciel. Comme des étoiles. Parce que ce sont des Etoiles.

Oui, vous êtes des Etoiles. Dans votre anonymat, je vous salue. Je vous salue pour ce que vous fîtes pour notre football. Je vous salue pour ce que vous fûtes sur la terre.

Pour vivre parmi les hommes, vous aviez besoin de nom. Mais une étoile, ça n’a pas de nom. Ça brille, un point c’est tout. Dans le ciel pour les vivants. Et puis, une étoile, ça ne meurt jamais. Vous n’êtes donc pas morts. Vous êtes redevenus ce que vous êtes : des Etoiles qui brillent. Toujours. Dans le ciel pour nous, les vivants. Sans nom mais plein d’éclat. Le cycle est accompli.

Puisque vous avez choisi de vous dépouiller de vos noms, je ne vous nomme pas. Mais depuis là-haut, où vous êtes désormais, protégez-nous. Vos familles de sang et votre famille de foot. Seigneur fais en sorte que le drame qui vous a emportés soit le dernier acte de cette série noire qui traumatise notre football. Seigneur fais en sorte que, chez nous, sport ne rime plus avec mort. Seigneur nous sommes convaincus que vous travaillez à combler le vide qui s’est créé après ce drame dans leurs familles de sang, dans la famille de foot.

Que le ciel continue d’être bleu pour vous afin que, chaque soir, levant la tête, nous puissions vous observer et nous écrier « VIVA FILANTE ».

Pour la Fédération Togolaise de Football
Le Porte-parole, Amavi Patatu Ayayi